Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/10/2008

ONET LE CHATEAU

 Lorsque la couleur du ciel transforme un paysage...

ONET195 [1600x1200].jpg
Avant l'orage ...
ONET196 [1600x1200].jpg
Au crépuscule...

Commentaires

que cette photo est étonnante ! les couleurs sont magnifiques, comme seule la nature peut encore les sublimer...
bravo

Écrit par : lacalmette | 28/10/2008

BELLES CES PHOTOS (un trésor est caché dedans)

Écrit par : ginette | 28/10/2008

Je me disais qu'Onet le Château me disait quelque chose... J'ai quitté l'Aveyron fin 2008 et j'ai déjà oublié plein de choses !!! Voici ce que j'ai trouvé dans Wikipédia (mais tu connais déjà !)

Après la Révolution, la commune d'Onet-le-Château fut créée. Mais ce nom rappellera très vite l'Ancien Régime. La commune sera renommée Onet-la-Montagne en hommage aux Montagnards. Elle changea de nom sous l'Empire pour s'appeler Onet-la-Plaine, puis redevient Onet-le-Château à la Restauration

Écrit par : merise | 29/10/2008

UN ROMAN HISTORIQUE DONT L’ACTION SE DÉROULE À VILLEFRANCHE DE ROUERGUE

Le Peigne En Ecaille
de
Jean-Pierre Angel


« Parler est digne. Parler est humain. Dire est indispensable. Et la vigilance est un devoir. Ce beau livre, émouvant et fort, en atteste. »
Joseph Joffo

Le difficile parcours du deuil et du renoncement
Après la rafle du Vel d’Hiv, Simon Crespi, un jeune Juif, parvient à s’échapper du camp de Beaune-la-Rolande. Seul dans Paris, sans papiers d’identité, sans carte de rationnement mais aussi sans étoile jaune, le garçon erre dans les rues, mené par une seule interrogation : qu’est-il advenu de sa famille ?
Une amie lui obtient de faux papiers pour passer en zone libre ou il est pris en charge par sa tante. A Villefranche-de-Rouergue, Simon retrouve une communauté juive clandestine. Ce qui n’atténue guère le vif sentiment d’abandon qu’il éprouve. Il demeurera caché dans la petite ville plus de deux années au cours desquelles la révolte des Croates et autres péripéties se succéderont les unes après les autres A la Libération, il entreprendra des démarches pour retrouver ses parents déportés. En vain. Un peigne en écaille, c’est tout ce qui reste de sa mère. Simon jette dans l’océan le dernier lien avec son passé alors qu’il vogue à bord du paquebot qui l’emmène vers le Nouveau monde.
« Il m’a fallu de nombreuses années avant que je reconnaisse que j’étais un survivant de la Shoah », dit Jean-Pierre Angel, né à Paris en 1938. Ce roman, mûri depuis trente ans, s’appuie sur son expérience personnelle. C’est aussi un ouvrage de fiction, porté par la force de témoignages recueillis au cours d’années de recherche. Jean-Pierre Angel a contribué à la création de la Fédération des enfants juifs survivants, qui favorise les échanges et les témoignages de ses adhérents. Il vit entre Paris et Boston.
Éditions de l’Archipel, Paris
18,95 €
ISBN 978-2-84187-937-3
H 50-4857-4
En savoir plus :
LePeigneEnEcaille.com
Jeanpierreangel.com

Les avis des premiers lecteurs
L'écriture est intense, comme la teneur du roman. Je suis née juste après guerre et mes parents m'ont beaucoup parlé de ces persécutions innommables. Cependant, J.-P. Angel m'a émue plus d'une fois au long des pages de ce roman. Anonyme

Émouvant
J'ai adoré ce livre ! Il montre ce que les Juifs ont vécu mais par les yeux d'un enfant. Jusqu'à la fin, j'ai espéré avec cet enfant qu'il retrouve sa maman... J'ai eu du mal à trouver le sommeil ensuite... Bonne lecture ! Elodie

Poignant, émouvant !
Ce livre vous saisit dès les premières pages et ne vous lâche pas jusqu'à la dernière. C'est l'histoire d'un enfant caché. On a beaucoup écrit sur les malheureux disparus dans les camps de la mort, mais on ne savait pas grand chose sur les tourments de ceux qui se sont cachés et ont attendu le retour des leurs. Leurs espoirs, leur désespoir, leurs désillusions... Ce livre vous reste en tête. Andréa

Très beau témoignage
Il a su mêler l'imaginaire de l'écrivain aux faits réels. Livre très émouvant et très bien écrit ! Une autre facette de cette guerre vécue par un enfant. Léonie Laborde

Écrit par : Monique | 13/11/2008

Les commentaires sont fermés.