Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/03/2010

53,5 % d'abstention !

La gifle magistrale…

 Les absents n'ont peut-être pas toujours tort surtout lorsqu'ils sont sous les projecteurs et font grincer des dents à l'unisson tous les partis politiques.

Les abstentionnistes de ce premier tour des élections régionales ne sont pas à blâmer. Nos dirigeants nationaux ont anéanti notre confiance et nos illusions, pire, nos espoirs. Ce sont des bouffons dignes d'être entartrés sur la place publique. De ce fait, les politiques plus près de nous géographiquement subissent des conséquences de cet écœurement général. Tous les partis nous ont trahis avec plus ou moins de talent, plus ou moins de précipitation, mais le top du top, le summum, c'est SUPER SARKO qui décroche le pompon !

Avec lui, tout a été possible. Ses électeurs sont de plus en plus nombreux à être honteux de s'être fait bernés avec autan de prestige. La France agonise. Merci, qui ?

06/12/2009

SAINT-NICOLAS

Lettre ouverte…

 epinal1-lg.jpg

Trés cher Saint-Nicolas, 

 

 Toi qui es auréolé et tant aimé des enfants (pas comme celui qui pique tous le sous des parents pour que les enfants aient moins de cadeaux) ce 6 décembre est jour de fête pour ceux qui t’honorent et te chérissent (pas comme l’autre qui fout les boules à se croire super génial), ta visite imminente suscite l’effervescence chez les petits (il y a un petit qui se croit grand qui ne mérite pas tes cadeaux).

Pour émerveiller ces petits innocents qui devront un jour payer les erreurs du passé (notre Nico et ses nommés par lui ayant fini de piller les caisses de l’Etat) soit toujours généreux et bienveillant pour offrir des sourires d’enfants à une société qui a envie de pleurer.

 

 

Saint-Nicolas, toi qui aura tant à faire avec les enfants bien sages (attention, un leurre est probable) envoi le Père Fouettard garnir les petits souliers à talonnettes de ce Nicolas qui s’octroie tous les pouvoirs.

 

Ton homonyme peut bien gesticuler pour prendre de l’altitude, il ne sera jamais un Saint.

29/11/2009

LA CRISE...

 La honte !

La crise ? Sarkozy et le gouvernement ne connaissent pas ! (lire cet article explicite)

  

elle_depense_tout-5101e.jpg

La crise pourrait tout nous faire gober si la provocation et l’indécence ne nous en remettaient pas une couche, fatale celle-là !

 Il n’y aura pas que le sapin de Noël, pour avoir les BOULES !

04/11/2009

MOI, JE...

(si la lecture est saccadée, cliquer sur menu et choisir QUALITE STANDARD)

27/04/2009

FICTION ...

MAI 2012
 

Un jour de Mai 2012, un vieux Monsieur est assis sur un banc  face à la grille du Coq du Palais de  l'Elysée. Après quelques minutes, il se lève et va voir le Garde Républicain qui est de garde et lui demande :


- Bonjour monsieur, j'aimerais visiter l'Elysée et rencontrer le président  Nicolas Sarkozy.

Le Garde Républicain lui répond :

- Monsieur Sarkozy n'est plus président et il n'habite plus ici.

Le vieux Monsieur s'en va sans dire un mot...

 Le lendemain le vieux Monsieur est encore assis sur le banc.... il se lève, va voir le Garde Républicain et lui demande :

- Je veux visiter l'Elysée et rencontrer le président Nicolas Sarkozy.

Le soldat lui dit : " Monsieur Sarkozy n'est plus président et il n'habite plus ici"
Le vieux Monsieur s'en va sans dire un mot...

Pour une troisième journée consécutive le vieux Monsieur est assis sur le même banc  et regarde toujours l'Elysée. Il se lève enfin et va voir le Garde Républicain et lui demande à nouveau :

- J'aimerais visiter l'Elysée et rencontrer le président Nicolas Sarkozy.

Le pauvre Garde Républicain ne sait plus trop quoi dire...


- Monsieur, ça fait 3 jours que vous me demandez de rencontrer Monsieur Sarkozy et ça fait 3 jours que je vous dis que Monsieur Sarkozy n'est plus président et qu'il n'habite plus ici..... Est-ce qu'il y a quelque chose que vous ne comprenez pas ?
  

-         Non.... Non.... dit le vieux Monsieur, c'est juste que ça me fait tellement plaisir de vous l'entendre dire…

Alors le Garde Républicain s'est mis au garde-à-vous, l'a salué et lui a dit : 
 -  A demain Monsieur.